Coucou toi ! Je me disais qu’on vivait une époque formidable. Oui, on vit à une époque où tu peux très bien te passer d’un véhicule personnel et très bien le vivre, voire en être heureux. Je n’ai pas de voiture et j’adore ça.

Pourquoi ? Parce que ne pas avoir de voiture me facilite vraiment la vie.

Je fais des économies

Avoir une voiture, je ne t’apprendrai rien en te disant que ça coûte cher. Il y a le crédit, l’essence, l’assurance, l’entretien… et les pannes imprévues. Le poste « voiture » peut facilement mobiliser plusieurs centaines d’euros dans un budget mensuel. Un gros trou !

Je suis plus zen

Concrètement, j’ai toujours trouvé que conduire augmentait mon niveau de stress. Combien de fois me suis-je rendue compte à un feu rouge qu’en fait, j’étais cramponnée à mon volant ? Et je ne te parle pas de ce soulagement que je ressentais une fois arrivée à destination… Pourtant, j’avais une voiture neuve, confortable et fiable… Je ne te parle pas des embouteillages car finalement, ce n’est pas ce que je trouvais de pire, au contraire : je fais partie de ces personnes qui savent que s’énerver ne sert à rien dans ces cas-là, il suffit juste de se trouver une occupation, comme écouter de la musique par exemple ! 😉

Regonfler les pneus, vérifier les niveaux, laver ou faire laver sa voiture sont de petites choses mais mises bout à bout, elles demandent du temps. Il faut les planifier et donc s’organiser en conséquence. Avoir une voiture augmente la charge mentale. Et je ne parle pas du contrôle technique (un autre trou financier).

Alors, comment ça se passe au quotidien ?

C’est sûr, se passer de voiture n’est pas toujours évident. J’ai souri en lisant que Dominique Loreau (l’auteur de L’art de la Délicatesse) considérait cela comme un luxe car je suis tout-à-fait d’accord avec elle. Quand j’ai quitté la Guadeloupe pour m’installer à Grenoble, la question de garder notre voiture s’est inévitablement posée.
Voici les points que j’ai pris en compte :

  • La position de notre futur logement

Serions-nous en centre-ville ou plus en retrait ? Là, j’avais les cartes en main, c’était à moi de choisir où nous habiterions : j’ai donc concentrée mes recherche sur le centre-ville à proximité du lieu de travail de Monsieur O. Par contre, je ne pouvais savoir si nous disposerions d’un parking. Donc, conserver la voiture pourrait générer des frais supplémentaires.

  • La qualité du réseau de transport en commun

J’ai fait mes études à Grenoble, je savais donc à quoi m’attendre à ce niveau. Quelle ne fut pas ma joie en découvrant qu’il s’était étendu en mon absence !

  • La possibilité de faire mes courses en ligne

C’est ce point qui fut décisif. Je venais de découvrir le système de Drive en Guadeloupe. Si je pouvais me faire livrer, alors nous n’aurions décidément pas besoin de véhicule. Comme tu le sais maintenant, je fais mes courses en ligne.

Nous avons donc vendu notre voiture une semaine avant de partir. 🙂 Et depuis, j’ai eu l’occasion de tester toutes sortes de façon de me déplacer : les transports en commun en ville, le co-voiturage pour aller travailler, les bus, le train ou l’avion pour les distances plus longues. Je profite de mes temps de trajet pour faire plein de trucs intéressants : lire, papoter, écouter de la musique, mes courses (sic) ou simplement regarder le paysage.

Je n’ai pas de voiture et J’adore ça !

Et toi ? Quel est ton moyen de locomotion favori ?

Photo : Pixabay – Alexas Fotos

Cet article t'a plu ? Partage-le !